Choose your screen resolution: Auto adjust 800x600 1024x768

Notes sur la possession - appatenance
Joi, 08 Aprilie 2010 00:00

NOTES SUR LA POSSESSION/APPARTENANCE

 

 Prof. Ilie Minescu

 Universitatea de Vest, Timişoara

 

 

La relation d’interdépendance exprimée par le possessif a une structure variable selon le type de combinaison syntagmatique qui relie les deux éléments. Dans la Grammaire du sens et de l’expression, Patrick Charaudeau fait la distinction entre la structure de type AVOIR (relation d’appartenance) et la structure du type FAIRE (relation d’actance), chacune se subdivisant, selon la nature sémantique du lien qui unit les deux éléments.

 

 

A. Structure du type AVOIR

 

Ce type de structure se caractérise par un processus d’attribution d’un élément à un pôle de référence dont le résultat dépend du lien sémantique qui les relie: lien de nature, lien d’appropriation, lien social, lien d’affect, lien de caractérisation:

 

 

1). Le lien de nature

 

Il correspond au cas où l’élément dépendant, représenté toujours par un être non- humain, est une partie composante du pôle de référence qui peut être:

 

  • humain: Ta peau est très fine correspond à: La peau de toi est très fine/Tu as une peau très fine. Le caractère humain du pôle de référence peut se trouver dans les mots qui représentent des institutions et des collectivités: Ses membres sont tenus de respecter le règlement correspond à: Les membres de l’association X/ L’association X se compose de membres qui sont tenus de respecter le règlement.

 

  • non humain: Ses pieds sont torsadés correspond à: Les pieds de la table de salle sont torsadés/La table de salle à manger a des pieds torsadés.

 

 

2). Le lien d’appropriation

 

Il correspond au cas où l’élément dépendant, toujours non humain, est rattaché au pôle de référence soit par un acte d’acquisition de celui-ci soit par tout autre activité qui témoigne d’une relation stable entre les deux éléments, un rapport d’extériorité l’un vis-à-vis de l’autre. Leur lien n’est que le résultat d’une appropriation. Ainsi ″mon livre″ peut correspondre à: ″le livre que j’ai achetéque j’écris″. ″Son cadeau″ peut correspondre à: ″le cadeau qu’il à offertqu’il à reçu″.

 

 

3). Le lien social

 

Il correspond au cas où l’élément dépendant, toujours humain, est rattaché au pôle de référence soit par un lien de parenté soit par tout activité qui témoigne d’une relation stable entre les deux éléments. Le lien de parenté implique une certaine symétrie: S’il est mon frère, je suis son frère. Il est ton père, tu es son fils.

Autres relations sociales et professionnelles peuvent impliquer une hiérarchie: son patron (le patron qui le dirige), votre professeur (le professeur qui vous fait la classe).

 

 

4). Le lien d’affect

 

Il correspond au cas où l’élément dépendant représente une caractéristique abstraite inhérente à la personne, pôle de référence toujours être humain. Cette caractéristique, plus ou moins permanente, peut représenter des sentiments, des idées, des mouvements psychologiques, des états d’âme, des maladies ou affections diverses: Que ma joie demeure! ou Sa blessure lui fait mal périodiquement.

 

 5). Le lien de caractérisation

 

Correspond à tous les autres types de caractéristiques abstraites qui ne constituent pas la partie d’un tout, mais un des aspects particuliers (la forme, la fonction, l’essence, le type d’appartenance, etc.) du pôle de référence. Celui-ci peut représenter un être humain (Son style est particulièrement heurté.) ou un être non humain (Sa forme est aussi soignée que son contenu – la forme et le contenu d’un livre).

 

 

B. Structure de type FAIRE

 

Elle se caractérise d’abord par un processus de nominalisation de l’action, puis par le fait que cette entité nominalisée, qui constitue l’élément dépendant, est rapportée à la personne, pôle de référence, impliquée dans cette action:

Ex. Francis lit lentement. – Sa lecture est lente.

L’action nominalisée est rapportée à l’agent soit pour souligner la manière de faire (Sa danse est très lascive.), soit pour souligner le résultat du faire (Sa venue a laissé tout le monde indifférent.).

L’action nominalisée est rapportée au patient humain qui a subi l’action soit pour souligner la manière de faire ( Mon licenciement a traîné en longueur – on m’a licencie avec lenteur.), soit pour souligner le résultat du faire (Son assassinat a défrayé la chronique – le fait de l’assassinat).

Les ressources dont dispose le français pour exprimer le rapport de possession peuvent être réductibles à un schéma canonique qui implique un verbe de possession et deux arguments, un possesseur et un objet possédé.[1]

En effet la possession fait partie d’un ensemble beaucoup plus complexe de valeurs sémantiques, difficile à différentier: appartenance, inclusion, attribution, identification. Ces valeurs sont souvent exprimez dans les langues par des syntagmes assez proches qui font appel à être et avoir. [2] En particulier, à coté du verbe avoir on pourrait utiliser son synonyme posséder et sa variante diathétique appartenir.

Pour mieux comprendre le concept de la possession il faut d’abord connaître la relation d’appartenance, qui est un concept plus général et complexe qui ne dispose pas des marqueurs spécifiques - selon les grammairiens traditionalistes - où qui, selon les grammairiens modernes, n’est propre qu’à un ensemble très restreint des constructions possessives: les syntagmes nominaux constitués par des noms tels que possesseur, propriétaire, propriété, possession, appartenance. [3]

La relation d’appartenance exprimée dans le syntagme ″Le vélo de mon voisin″ propose l’existence de deux entités: un possesseur et un objet possédé - où le possesseur sert à repérer la notion de vélo. En effet, la relation d’appartenance renvoie à deux types d’opérations distinctes. L’un correspond à une opération de rattachement et établit le rattachement d’un objet à son possesseur. L’autre correspond contrairement à une opération de détachement mais la relation ne s’établit plus entre un objet et son possesseur mais entre un fragment en voie de constitution et le contexte dont on cherche à le dégager. En ce cas la relation d’appartenance permet de préciser les contours d’une partie qui tend à se dissocier d’un tout (ce n’est pas un vélo quelconque, c’est le vélo de mon voisin).

La difficulté réside justement dans la multitude d’ interprétations qu’on peut donner à cette relation. Par exemple, Guy Serbat en Linguistique latine et linguistique générale souligne que l’expression mon voisin met en fait en évidence un contexte discursif complexe, celui de l’univers de mon voisin, dont on peut détacher une composante particulière, le vélo. La relation d’appartenance exprime donc une autonomisation d’un fragment, détaché de son tout de référence.

Il y à des cas où la relation d’appartenance n’est ni détermination, ni détachement. Dans un syntagme tel que ″le lit de Denise″ on peut dire que l’expression lit est déterminée par la mention de son possesseur Denise. Mais si l’on pense au contexte réel de la situation en cause on se rend compte qu’il ne faut pas gloser ″le lit de Denise″ par ″le lit appartient à Denise″, mais par ″le lit ou Denise à dormi″. L’objet possédé fonctionne ici comme l’indice d’une infinie variété de contextes possibles, pendant que la notion du prétendu possesseur Denise permet de sélectionner l’un de ces contextes. Ce n’est plus la mention du possesseur qui crée l’évocation des contextes possibles, mais celle de l’objet censément possédé.[4] Comme la relation d’appartenance ne prend pas de marqueurs spécifiques, la diversité des langues et des points de vue théoriques fait apparaître certains chevauchements avec d’autres relations de logique naturelle.

On peut en effet affirmer que la relation d’appartenance se ramifie selon deux types différents: le détachement où bien la détermination et que le détachement constitue une sorte de généralisation de la possession inaliénable où de la relation partie - tout tandis que la détermination peut se confondre avec la possession inaliénable.

 

Bibliografie:

Teodora Cristea, Grammaire structurale du français contemporain, Editura Didactică şi Pedagogică, Bucuresti, 1974

Teodora Cristea, Grammaire contrastive, domaine francais-roumain, EDP, Bucureşti, 1977

Liliana Tasmowski, The expression of possession in romance and Germanic languages, Ed. Clusium, Cluj-Napoca, 2000

Patrick Charaudeau, Grammaire du sens et de l’expression, Ed. Hachette Education, Paris, 1992

Anne-Marie Spanoghe, La syntaxe de l’appartenance inaliénable en français, en espagnol et en portugais, Ed. Peter Lang, Frankfurt, 1995

Faits de langue, La relation d’appartenance, vol. 7, 1996

Guy Serbat, Linguistique latine et linguistique générale, Institut de Linguistique de Louvain, 1988



[1] Teodora Cristea, Elements de grammaire contrastive, pag. 238.

[2] Jean-Pierre Desclés, Faits des langues, pag. 91.

[3] Stanislas Karolak, Faits de langue., Pag. 110.

[4] Laurent Danon-Boileau, Mary-Annick Morel, Faits de langue, Pag. 9.

Ultima actualizare în Miercuri, 07 Aprilie 2010 22:19
 

Adaugă comentariu


Codul de securitate
Actualizează

Revista cu ISSN

Biserica, pedagog desavarsit pentru tana…

BISERICA, PEDAGOG DESĂVÂRŞIT PENTRU TÂNĂRUL CONTEMPORAN   prof. Ciprian Nazare Colegiul Tehnic „Traian”, Galaţi Biserica dreptmăritoare, pornind de la porunca Mântuitorului Iisus Hristos, asumă dintotdeauna o responsabilitate învăţătorească. După Învierea Sa, imitând...

Read more

Frumusetile satului Borza

Frumusetile satului Borza

“FRUMUSEŢILE” SATULUI BORZA   Profesor Camelia Veronica Cosma Liceul de Artă “Ioan Sima”, Zalău     Satul Borza face parte din comuna Creaca, judeţul Sălaj. Această comună este aşezată în partea centrală a judeţului, ocupă partea...

Read more

Organizarea si desfasurarea examenului d…

Organizarea şi desfăşurarea examenului de bacalaureat naţional 2013   Vezi Ordinul MECTS nr. 5610 din 31 august 2012 privind organizarea şi desfăşurarea examenului de bacalaureat naţional - 2013, publicat în Monitorul Oficial...

Read more

Invatarea prin proiecte

ÎNVĂȚAREA PRIN PROIECTE Iosifescu Cristina Corina – profesor informatică Liceul Tehnologic “Petre Ionescu Muscel” Domnești – Argeș Tehnologia modernă ocupă din ce în ce mai mult loc atât în viața noastră,...

Read more

Charles Gounod si Doctorul Faust

CHARLES GOUNOD ŞI DOCTORUL FAUST   Prof. Gloria Ghidiceanu Şcoala Gimnazială Mihai Viteazul, Craiova     Charles Gounod s-a născut la Paris, la 17 iunie 1818, fiu al unor artişti (tatăl pictor şi gravor, mama...

Read more

Previziune cataclismica in poezia simbol…

PREVIZIUNE CATACLISMICĂ ÎN POEZIA SIMBOLISTĂ BACOVIANĂ         dr. Ştefan Lucian MUREŞANU     Motto: Vrăjitorilor evului mediu le spun: / - Lăsaţi să clipească ochiul senin deasupra Egipetului,              / Niciodată nu mor martirii dreptăţii. (George...

Read more

Sistemul de invatamant din Romania

SISTEMUL DE INVATAMANT DIN ROMANIA   Sistemul de invatamant reprezinta principalul subsistem al sistemului de educatie, care se refera la organizarea institutionala a invatamantului. In cadrul sistemului de invatamant sunt reunite institutiile specializate...

Read more

Mihai Eminescu un poet universal

UN POET UNIVERSAL – MIHAI EMINESCU     Învăţătoare: Nevodenszki Sorina, ,,Şcoala cu clasele I-VIII  Sânandrei”, Jud. Timiş     ,,Geniul lui Eminescu a intrat definitiv în Panteonul culturii naţionale, şi figura lui este privită asemenea unui ...

Read more